Português   Deutsch   English
 
   
 

das haus
begleiter im exil
wir über uns
aktuelles
netzwerk
machen sie mit
ansichtskarten
gästebuch

SUCHE


KONTAKT
mail@casastefanzweig.org


Rua Gonçalves Dias, 34
Petrópolis, Rio de Janeiro
tel: (24) 2245-4316

horário:
sexta a domingo de 11h às 17h

caixa postal 50060
20.050-971
Rio de Janeiro/RJ - Brasil

 
Stefan Zweig, un prodige de l'édition
"L'écrivain autrichien est un véritable phénomène. Pour la seule année 2013, 160 éditions différentes de ses titres étaient sur les rayons. En librairie, Stefan Zweig est une exception: c'est l'un des très rares auteurs à avoir eu un immense succès de son vivant et après son suicide avec son épouse Lotte, en février 1942. Contrairement à de nombreux grands écrivains, il n'a jamais connu de purgatoire. Sa postérité est éternelle. Les chiffres le confirment: d'après l'institut d'études de marché GfK, qui se base uniquement sur les ventes réelles en librairie, l'auteur du Joueur d'échecs a écoulé ces dix dernières années plus de 3,2 millions d'ouvrages. Autrement dit, il vend en moyenne 310.000 exemplaires par an. Soixante-douze ans après sa mort, il continue donc de faire le bonheur des maisons d'édition et, en premier lieu, du Livre de poche, qui a longtemps été son éditeur en petit format avant que l'auteur ne «tombe» dans le domaine public en 2012." Cliquez pour lire le reste de l'article de Mohammed Aïssaoui dans Le FIgaro.
La maison brésilienne de Stefan Zweig
Cliquez pour lire l'article de Sebastian Lapaque.
Pourquoi Stefan Zweig est-il l'écrivain étranger le plus lu en France?
Soixante et onze ans après son suicide, l'oeuvre de Stefan Zweig, tombée dans le domaine public, est une manne pour les éditeurs. La réédition de Lettre d'une inconnue par Stock en 2009: 120.000 exemplaires vendus. Le Voyage dans le passé, découvert par Grasset en 2008: 200.000 et 100.000 en poche. La biographie de Marie-Antoinette en poche en 2009: 160.000. En 2012, la BD «les Derniers Jours de Stefan Zweig» de Seksik et Sorel (Casterman): 75.000. Cliquez pour lire le reportage dans le Nouvel Observateur.